mardi 1 août 2017

Du sang dans la neige

A la grâce des hommes
Hannah Kent

Pocket, 2016.

Islande, 13 mars 1828. Agnes Magnúsdóttir est reconnue coupable de l’assassinat de Natan Ketilsson, son amant, et condamnée à mort. En attendant son exécution, la prisonnière est placée comme servante dans une ferme reculée. Horrifiés à l’idée d’héberger une meurtrière, le fermier, sa femme et leurs deux filles évitent tout contact avec Agnes, qui leur inspire autant de peur que de dégoût. Au fil des mois, elle devra apprendre à vivre au sein de cette famille hostile. Malgré les peurs réciproques, la violence, les préjugés, les colères et la mort annoncée.
Et la vérité qu’Agnes voudrait pouvoir faire entendre alors que personne ne semble prêt à l’écouter.


A la grâce des hommes prend son lecteur par la main et l'emmène loin. Dans cette Islande glaciale, rude, mais aux foyers chaleureux. 
A la grâce des hommes nous conte l'histoire d'Agnes, la dernière femme condamnée à mort en Islande. Sans tomber dans le pathos, le roman revient sur les derniers mois de cette femme secrète et tourmentée. Bien que l'écriture ne soit pas transcendante, je lui reconnais beaucoup de justesse. Le texte est agréable à lire, le style est fluide et rigoureux
Je suis totalement plongée dans cette ambiance alternant huis clos étouffant, confidences à la lueur d'une bougie et étendue nue, froide, soufflée par les vents. Le point fort de ce texte est vraiment l'évocation de l'Islande et de ses habitants. J'ai beaucoup appris à la lecture de ce roman qui me donne, encore plus qu'avant, envie de découvrir cette île.  
L'histoire est émouvante. On s'attache à Agnes et c'est en frissonnant que l'on voit venir le dénouement. Si certains aspects sont un peu trop romanesques, A la grâce des hommes est dans l'ensemble un roman intelligent, très fin et bouleversant. Certaines scènes sont très bien écrites et j'ai de nombreuses images en tête.
On plonge dans ce roman et il est assez dur de s'en sortir. 
Un texte à découvrir. 
" Ils disent que je dois mourir. Ils disent que j'ai volé à ces hommes leur dernier souffle et qu'ils doivent voler le mien.Comme si nous étions des bougies - je vois palpiter leurs flammes graisseuses dans l'obscurité et le mugissement du vent. Et je crois entendre des pas déchirer le silence. D'horribles pas qui viennent à moi, qui viennent pour éteindre et emporter ma pauvre vie dans un ruban de fumée grise. Je me disperserai dans l'air nocturne. Ils nous éteindront tous, un à un, jusqu'à ce qu'ils ne s'éclairent plus qu'à la lueur de leurs propres bougies. Où serai-je alors ? "
A la grâce des hommes, Hannah Kent. 

(Photos : Romanza2017)

Aucun commentaire: